"Avec élégance et style, il est l'archétype de l'opulence et du luxe sur l'Atlantique."

Salle à manger des première classe
Rien n'est trop grand, rien n'est trop beau pour Lusitania, la Cunard veut faire de lui un navire au confort extrême et au luxe sans limite. Dans un premier temps, elle fait appel à l'architecte français Charles Mewès, particulièrement connu pour avoir œuvré à bord des paquebots Amerika et Kaiserin Auguste Victoria de la Hapag. Mais le contrat qui le lie à la compagnie allemande offre à cette dernière l'exclusivité de ses travaux. Cunard opte alors pour deux architectes, James Millar pour Lusitania et Harold Peto pour Mauretania. Tandis que les superliners allemands alors très en vogue s'illustrent dans une décoration chargée en ornements massifs, Lusitania dégage les volumes au maximum en offrant de vastes pièces lumineuses à haut plafond. Ses intérieurs sont un mélange triomphale de plusieurs styles; principalement Louis XV et Louis XVI sur les ponts supérieurs puis George III, George V, Belle Epoque ou encore Reine Anne. La somptueuse salle à manger des première classe (First Class Dining Saloon) est l'archétype du luxe opulent voulu par Cunard pour Lusitania. Reprenant le style du Petit Trianon du château de Versailles, elle s'étale sur 25 mètres de long. Avec ses longues colonnes corinthiennes couleur ivoire réhaussées à la feuille d'or, elle est ornée en son centre par une coupole monumentale culminant à 17 mètres de hauteur. Sur la rotonde se trouvent quatre tableaux de style François Boucher mettant en scène les quatre saisons ainsi que neuf têtes de muses grecques. La pièce ultra lumineuse est inscrite dans un style Louis XV clinquant et montée sur deux étages (323 convives en bas et 147 en haut) et sur trois ponts (ponts B, C et D).
Le salon et sa grande verrière
Le sol est recouvert d'une tapisserie de Bruxelles rose terracotta, couleur reprise par le revêtement des sièges. Ceux-là, de même que les tables, sont arrimés au sol mais pivotent sur eux-mêmes. Elle peut accueillir 470 convives en tout; à l'étage se trouve un piano ainsi que la salle à manger des enfants de style Louis XVI et la nurserie. La presse et les revues spécialisées soulignent alors le raffinement et l'élégance de la pièce, jamais un navire n'a offert à ses passagers une salle à manger aux proportions, au standing et à la décoration de celle du nouveau Cunarder. Dans le château des première classe se trouve toute une série d'immenses salles plus fastueuses les unes que les autres. Situé au niveau de la troisième cheminée, le grand hall d'entrée (First Class Grand Entrance) est accessible de part et d'autre du pont des embarcations. Le noir, le blanc et le rose terracotta sont les couleurs dominantes dans cette pièce munie d'une grande cheminée de marbre, de tables et de sièges en osier et de palmiers en pot. Surplombé par une grande verrière rectangulaire, le grand hall s'étale sur 20 mètres en longueur et donne accès à la bibliothèque, au salon, au grand escalier et à deux cabines d'ascenseurs connectant les six ponts du navire.

"En plus d'un immense pas en avant en matière de progrès mécanique, il introduit également la conception la plus poussée en matière d'ameublement et de décoration interne"
Engineering, 1907

Aperçu de la bibliothèque
Parmis les 11 ascenseurs électriques installés à bord, deux sont à la disposition des passagers (les autres servent uniquement de monte-charge); placés côte à côte, ils desservent le pont A au pont E. Ce n'est que deux ans plus tôt, lors de la mise en service du paquebot allemand de la Hapag Amerika, que les ascenseurs électriques ont été introduits à bord des navires à passagers. Juste derrière le grand hall,
L'entrée de la bibliothèque
vers l'avant du navire, se trouve la bibliothèque (Library & Writing Room). D'une superficie de 15 mètres, elle est dotée d'un mobilier en acajou et de rideaux de soie, elle est également soutenue par de longues colonnes blanches et or. Comme la plupart des salles de première classe, elle possède une grande coupole et une cheminée de marbre. Son sol est recouvert d'une tapisserie de couleur rosée, le tout s'inscrivant dans le style Adam. Entre la troisième et la quatrième cheminée se trouve sans doute la plus belle pièce commune du navire après la salle à manger; le grand salon des première (First Class Lounge & Music Room). Sur 20 mètres de longueur et 15 de large, les lieux sont surplombés par une imposante verrière rectangulaire voutée culminant à 6 mètres de hauteur. L'oeuvre est composée de douze panneaux de verre colorés représentant les mois de l'année. Les colonnes corinthiennes de rigueur dans la plupart des salles communes du navire laissent ici place à de larges pilliers de bois massif. Les murs sont recouverts
Le fumoir en première classe
de panneaux d'acajou, la tapisserie et le mobilier s'inscrivent dans des tons verts et jaunes clair. Deux imposantes cheminées aux foyers de plus de quatre mètres de hauteur se trouvent à chaque extrémité de la pièce. Un piano y est installé, un concert a lieu lors de la dernière soirée de chaque traversée. De cette pièce, les passagers on accès au fumoir des première (First Class Smoke Room). Dans la continuité de la pièce précédente, le fumoir possède pratiquement les mêmes caractéristiques que le salon avec 4 mètres de moins en longueur, il est également coiffé d'une grande verrière voutée. Lors de la conception de la pièce, le projet initial de James Millar est rejeté par la Cunard, jugé non conforme au haut standing qu'elle veut offrir aux futurs passagers. L'architecte-décorateur opte donc pour un style bourgeois 18ème siècle très cozy aux murs recouverts de panneaux de noyer, des tapisseries de Bruxelles et du mobilier de style Reine Anne. La pièce est coupée en deux dans le sens de la largeur pour laisser place au système de ventilation et d'évacuation des fumées. Les messieurs ont à leur disposition un réfrigirateur, un buffet et bien sûr un bar. Les deux cheminées en marbre qui s'y trouvent sont les seules qui sont fonctionnelles à bord - les autres sont purement décoratives - les fumées s'évacuant par la quatrième cheminée du paquebot.

"James Millar parvient à créer des intérieurs absolument exquis qui lui valent les éloges de nombreux passagers"
David Ramsay, "Lusitania, Saga And Myth"

Le café véranda
Derrière le fumoir, la dernière partie du château des première classe abrite le café véranda (Verandah Café). L'espace étant ouvert sur l'extérieur, l'idée de départ consiste à installer une terrasse de café, mais les conditions météorologiques de l'Atlantique-Nord risquent de rendre l'endroit obsolète. Il est alors convenu de fermer la pièce de toutes parts en laissant pour seule source de lumière naturelle le caisson central du plafond comme verrière. A l'entrée en service de Lusitania, la Cunard insatisfaite de cette configuration fait réaménagér la pièce pour que sa cloison principale soit remplacée par une large baie vitrée pouvant à tout moment s'ouvrir lorsque le temps y est favorable. Le café véranda, avec ses colonnes recouvertes de plantes grimpantes et son ouverture sur la poupe et l'océan devient un endroit très prisé des passagers. Suite à l'apparition d'Olympic (White Star, 1910) et d'Imperator (Hapag, 1912), qui reprennent tous les deux le concept du café véranda, la Cunard, qui envisage d'abord de reconvertir l’espace en gymnase, entreprend une nouvelle refonte; elle est ainsi redécorée et dotée de plantes suspendues au début de l'année 1914. Comme tout palace flottant qui se respecte, Lusitania offre à ses passagers les plus fortunés des suites royales. Disponibles
Suite de première classe
pour un prix oscillant selon la saison entre 1.800 $ et 2.200 $ (valeur de l'époque), ces appartements et plus particulièrement les Regal Suites (situées au pont B, le pont promenade, comprenant les cabines B48, B50, B52 et B54) dont la décoration s'inspire entre autres du Petit Trianon de Versailles et du château de Fontainebleau, offrent deux chambres à coucher, une grande salle de bain, toilettes, boudoir, bureau, un salon privé, une salle à manger avec office et logements pour valets et femmes de chambre; un standing digne des plus grands hôtels. Chaque suite royale est différente de l'autre, toutes sont meublées et décorées dans un style différent. La plupart comporte des fenêtres carrées aux rideaux de soie contrairement aux hublots ronds traditionnels. Viennent ensuite les suites standard toujours au pont B, les Parlor Suites, comprenant les cabines B65 à B88. Elles sont composées d'une chambre, d'un petit salon, d'une salle de bain et de toilettes. Cette dernière commodité est un véritable luxe, la plupart des transatlantiques n'étant pas équipés de cabinets de toilette privés. Les suites les plus coûteuses (qui s’arrachent aux enchères pour la première traversée) offrent aussi le téléphone, au total, soixante-neuf téléphones sont dédiés aux passagers de classe salon.

"En raison des grandes dimensions du navire, les salles de seconde classe sont plus vastes et mieux aménagées que celles de première classe sur bien des navires."
Robert Ballard, "Exploring The Lusitania"

Salle à manger des seconde classe
Les pièces communes des passagers de seconde classe à bord de Lusitania sont aussi luxueuses et spacieuses que la première classe sur bien d'autres navires. La salle à manger (Second Class Dining Saloon) est élaborée d'après celle des première. Principalement revêtue de stuc blanc, elle s'inscrit dans un style Georgien et est également montée sur deux ponts, l'étage supérieur comporte un piano mais n'est pas fonctionnel car entouré de cabines. Longue de 15 mètres pour 22 de large, elle peut accueillir 259 convives, c'est pourquoi deux services sont de rigueur. Toute la partie arrière des superstructures du navire est dédiée aux passagers de seconde classe. En dessous du café véranda des première se trouve la bibliothèque des dames (Second Class Ladies Drawing Room) coiffée d'une coupole, la pièce très chaleureuse est revêtue d'une tapisserie de Bruxelles rosée et comporte également un piano. Vient ensuite le salon (Second Class Saloon) 13 mètres de long pour 11 de large, qui est entouré par le pont promenade et est accessible
Le fumoir en seconde classe
par un grand escalier situé en son centre. Il donne accès au hall d'entrée des seconde et à leur pont promenade. Suite aux problèmes de vibrations que connaît Lusitania lors de ses essais en mer, on y ajoute des arcs et des colonnes de soutènement pour stabiliser la structure, modifiant ainsi l'aspect original de la pièce. Un pont plus bas se trouve le fumoir (Second Class Smoking Room). Il est élaboré d'après la configuration du salon et du fumoir des première - sa grande claire-voie voutée en est caractéristique - des panneaux d'acajou recouvrent les murs et le mobilier est semblable à celui du salon. Deux sortes de cabines de seconde classe sont disponibles, la décoration y est simple mais les aménagements sont confortables. Un total de 145 cabines sont à la disposition des 460 passagers; 85 à 4 lits et 60 à 2 lits, toutes sont situées sur les ponts C, D et E.

"Les quartiers de la troisième classe, bien que très sobres, offraient certainement de meilleures commodités comparé aux maisons que les émigrants laissaient derrière eux."
David Ramsay, "Lusitania, Saga And Myth"

Réfectoire des troisième classe
La troisième classe à bord de Lusitania est confortable, aménagée de façon à être la plus fonctionnelle possible et conçue pour durer des années sans y apporter un entretien particulier. Semblable à un grand réfectoire, la salle à manger s'étale sur 24 mètres de long et elle est située, comme tous les quartiers des troisième classe, à l'extrême avant du navire. Trois services sont de rigueur, la salle ne pouvant accueillir que 332 convives pour une capacité de 1186 passagers. Un pont au dessus se trouve un salon plutôt destiné aux dames (Third Class General Room) qui est situé en face du fumoir quant à lui dédié aux hommes. Dans cette pièce accessible par le pont promenade semi-fermé, pas de mobilier particulier hormis les bancs fixés aux murs. Avec le salon des dames, cet espace est la pièce commune située au plus près de la proue, là où les mouvements de la mer se font le plus ressentir. Deux douches sont à la disposition des hommes et deux autres à la disposition des dames. Des cabinets de toilette à chasse d'eau sont installés, mais pensant que la plupart des passagers de troisième classe ne sachent pas comment les utiliser, un système de chasse d'eau automatique est mis au point, se déclenchant même lorsque l'occupant est assis sur le siège. A l'entrée en service de Lusitania, 302 cabines (situées sur les ponts D, E et F) sont à la disposition des passagers de troisième classe, 4 à 8 lits, 21 à 6 lits, 227 à 4 lits et 40 à 2 lits. Contrairement aux paquebots alors en service, les cabines de troisième classe à bord de Lusitania sont moins exiguës et mieux équipées; les lits possèdent de vrais matelas et des draps. Les couvertures sont cependant flanquées des insignes de la Cunard pour éviter les vols. Lusitania peut aussi loger 850 membres d'équipage. Les quartiers du personnel féminin se trouvent au milieu de la première classe pour éviter toute visite de la part des hommes d'équipage.



A voir également :
| Mauretania | Le voyage inaugural | Une carrière à succès | Premiers essais en mer |