"Il a fallu plus de vingt trains de charbon pour approvisionner ses soutes et faire tourner ses gigantesques turbines, puis 250 m3 d'eau par minute pour refroidir ses machines."
Robert Ballard, "Exploring The Lusitania"

Lusitania, objet de toutes les curiosités
Lusitania possède un système de propulsion tout à fait novateur; il est le tout premier paquebot doté de quatre hélices. Celles-ci sont alimentées par quatre immenses turbines à vapeur composées de trois millions d’ailettes usinées à la main; un appareil propulsif alors totalement inédit sur un transatlantique, inventé par Charles Parsons pour son protoype, un yacht nommé Turbinia. Au sein de la Cunard c'est en 1905 sur Carmania que la turbine est testée pour la première fois. Les résultats s’avèrent très fructueux. Bien qu'encore jamais installées sur un bâtiment de la taille de Lusitania, les turbines sont désignées dès 1904 comme système de propulsion sur Cunarder au lieu des moteurs alternatifs classiques; un pari risqué pour un paquebot neuf supposé rapporter le Ruban Bleu. Mais grâce à Parsons et à ses turbines révolutionnaires, Lusitania parvient à développer 68.000 chevaux en moyenne lors de ses premiers essais en mer et par conséquent, les 25 noeuds tant espérés sont également atteints. Un tel succès pousse de nombreux constructeurs à utiliser la turbine, elle devient alors le système de propulsion de la quasi-totalité des paquebots des années à venir.
Le plus long pont promenade du monde
La coque de Lusitania se découpe en quatre grandes chaufferies qui contiennent la totalité des vingt-cinq chaudières, elles sont entourées par les réserves de charbon disposées parallèlement aux parois de la coque. Chaque chaufferie forme à elle seule un compartiment étanche et en plus d'un double fond, la coque bénéficie aussi d'une cloison hermétique longitudinale qui la traverse de bâbord à tribord. Les entrailles de Lusitania sont partagées en onze compartiments étanches eux-mêmes séparés par dix cloisons transversales percées de soixante-neuf portes étanches; plus de la moitié d’entre elles sont opérées hydrauliquement à partir de la passerelle. A son entrée en service, conformément à la législation en vigueur calculée par rapport à ses proportions, Lusitania est doté de seize canots de sauvetage flanqués par groupe de quatre à l'avant et à l'arrière de chaque côté des superstructures. Suite à la nouvelle législation qui voit le jour après le naufrage de Titanic (White Star, 1911) il doit, comme tous les grands liners de sa génération, revoir la totalité de son équipement de sauvetage. Sont alors ajoutés six autres chaloupes et vingt-deux canots pliants.

"Le public était fasciné par les quatre cheminées. Il assimilait le nombre de cheminées à davatange de luxe et plus de vitesse"
Patrick O'Sullivan, "Lusitania : Unravelling The Mysteries"

Lusitania aux chantiers John Brown & Co.
Le système électrique du nouveau Cunarder est le plus élaboré jamais conçu à bord d'un navire. Les turbo-générateurs de 375 kilowatts chacun peuvent produire du courant pour une ville de 100. 000 personnes, le tout réparti sur 241 kilomètres de câbles. L'installation permet d'éclairer notamment les 6300 lampes des pièces communes et faire fonctionner les radiateurs, les ascenseurs, les réfrigirateurs, le système de ventilation, les 950 sonnettes des cabines de première classe permettant d'appeller un steward ou encore les feux de position du navire. Si l'un de ces feux ou toute autre installation électrique indispensable à Lusitania tombe en panne, un indicateur s'allume automatiquement sur la passerelle. Le téléphone est à la disposition de l'équipage mais également, et c'est encore rare, à celle des passagers; vingt-trois téléphones sont dédiés à l'équipage reliant la passerelle à tous les endroits stratégiques du paquebot comme la clinique, la TSF, le steward en chef, etc. Pas moins de de soixante-neuf téléphones sont répartis dans les suites de classe salon et les plus grandes cabines. Quant aux passagers qui veulent contacter leurs proches à terre, pour la première fois à bord d'un transatlantique européen, ils peuvent utiliser la TSF afin d'envoyer des télégrammes pendant la traversée. Parmis les autres services offerts à la clientèle se trouvent deux salons de barbier en première et seconde classe ainsi qu'un hôpital situé au pont C, il comprend 24 lits et est divisé en quatre services en plus d'une section isolée se trouvant à l'avant du navire en cas de virus contagieux. Lusitania est également équipé d'immenses cuisines pouvant concocter jusqu'à 10.000 plats par jour, celles-ci sont accompagnées par de gigantesques garde-manger pouvant stocker plusieurs tonnes de provisions.



A voir également :
| Les intérieurs Lusitania | Le voyage inaugural | Mauretania | Conception et construction |