"Les fenêtres des immeubles de New York étaient recouvertes de visages, le port était noir de monde. Ce jour là, le tout New York n'aurait manqué cette arrivée triomphale pour rien au monde"
"The Liners", Channel 4

Le plus puissant navire du monde
Liverpool, samedi 7 Septembre 1907. Le plus grand, le plus luxueux, le plus rapide et techniquement le plus élaboré de tous les navires est sur le point de franchir l'Atlantique pour la première fois. La presse internationale et pas moins de 200.000 curieux se rassemblent pour assister au départ, un évènement que la presse qualifie d'historique. Parmis les premiers passagers de première classe se trouve une foule de célébrités comme la comtesse de Dunmore, le premier ministre britannique Arthur Balfour, l'architecte Louis Hay, le comte de Ward, la femme d’affaires américaine Bertha Palmer, ou encore les inventeurs Cyrus McCormick et George J. Capewell. Suite au report du départ de Lucania, intialement prévu en fin d'après-midi le même jour, ce n'est pas avant 21h10 que Lusitania lève l'encre. Les journaux des deux côtés de l'Atlantique font leurs gros titres de cet appareillage hors du commun. Le New York Times décrit la soirée avec enthousiasme : "Au milieu du chant patriotique "Rule Britannia" scandé par la foule en plus d'un tonnerre d'applaudissements et d'acclamations, le départ nocturne de l'immense navire tout éclairé offrait un spectacle réellement magnifique". Les journalistes sont unanimes, il s’agit là du plus grand évènement maritime de la décennie; l'Allemagne peut serrer le Ruban Bleu entre ses mains, Lusitania est sur le point de le lui reprendre. A 9h53 le jour suivant, le Cunarder fait sa première escale à Queenstown. Commandé par l’illustre capitaine James Watt, il passe Daunts Rock à 12h10.



"Quand Lusitania arrive dans le port de New York, il reçoit l'accueil d'une célébrité."
Diana Preston, "Lusitania, An Epic Tragedy"

Lusitania entre dans la légende
En quittant l'Irlande, la capacité en passagers est honorée à plus de 95% avec 486 passagers en classe salon, 483 en seconde et 1121 en troisième. S'ajoutent plus de 800 membres d'équipage, c'est donc un total de presque 3000 âmes à bord de Lusitania. Dans les jours qui suivent, alors qu'à bord les paris entre les passagers les plus fortunés vont bon train, l'espoir de remporter le Ruban Bleu lors de cette première traversée s'estompe. En effet, le mauvais temps et un épais brouillard empêchent le paquebot de naviguer à pleine vitesse. Cependant le 12 Septembre, lorsque la visibilité revient, il effectue une pointe de vitesse à 23,86 noeuds; c'est la meilleure performance de la traversée inaugurale. Quand Lusitania passe Sandy Hook, le point d'arrivée de la course au Ruban Bleu, le record alors détenu par le navire allemand Deutschland ne tombe pas, 38 minutes séparent les deux performances; le voyage est effectuée en 5 jours et 50 minutes à une vitesse moyenne de 23,01 noeuds. Lorsqu'à 9h25 au matin du vendredi 13 Septembre la foule aperçoit enfin le paquebot dont tout le monde parle, c'est l'euphorie dans le port américain, le tout New York attend avec impatience de voir Lusitania. Tandis que des policiers sont déployés pour contrer les pickpockets, des hommes se battent aux portails des docks pour obtenir la meilleure place et des femmes s'évanouissent. Du haut du Singer building, alors la plus haute tour du monde, une immense bannière indiquant Welcome est déployée. Le Cunarder géant, revêtu du grand pavois et escorté par plusieurs dizaines de petits bateaux de plaisance, ne cesse de saluer les spectateurs à grands coups de sirène. Dans les jours qui suivent, le navire est ouvert au public et plusieurs milliers de curieux viennent le contempler au Pier 54. Lusitania entre dans la légende.



A voir également :
| Les intérieurs de Lusitania | La course au Ruban Bleu | Une carrière à succès | Machines et équipements |