"Lusitania fait l'objet d'une intense campagne publicitaire par la compagnie Cunard, plus de 20.000 spectateurs et invités de marque sont présents au lancement"
Robert Ballard, "Exploring The Lusitania"



Lusitania, le plus grand paquebot du monde
Deux ans de construction et quatre millions de rivets plus tard, une gigantesque coque noire est prête à prendre la mer. Baptisée Lusitania, le nom d'une ancienne province romaine faisant aujourd'hui partie du Portugal, son lancement à lieu le 7 Juin 1906 à 12h30. C'est l'épouse de l'ancien directeur de la Cunard - décédé prématurément l'année précédente - Lady Mary Inverclyde qui lance la traditionnelle bouteille sur l'étrave du nouveau fleuron. Plus de 20.000 spectateurs sont présents ainsi que 500 invités officiels comprenant de nombreuses figures de la haute société anglaise. Tandis que l'orchestre joue l'hymne à la patrie "Rule Britannia", la coque de Lusitania glisse sur la rampe huilée pendant 86 secondes avant d'épouser la mer sous les cris de joie de la foule. Et comme l'annonce le vibrant discours de Sir Charles MacLaren, le président des chantiers John Brown & Co., Lusitania est déjà "l'enfant chéri de l'Angleterre". Les spectateurs n'ont d'yeux que pour ce mastondonte d'acier, ils ont devant eux le plus grand paquebot du monde; Lusitania est long de 239,8 mètres et jauge 31.550 tonneaux. Les proportions du liner anglais sont telles que tous les bassins et les quais doivent être dragués pour qu'il puisse y mouiller. Lors du déjeuner qui suit la cérémonie de lancement, Mac Laren porte un toast au "succès de Lusitania et la prospérité de la Cunard" tandis que William Watson, le nouveau président de la Cunard, rend quand à lui hommage au défunt Lord Inverclyde à l’origine du projet. La presse anglaise fait les gros titres du lancement en soulignant que la naissance de Lusitania est le plus grand évènement maritime des dix dernières années. Rarement un paquebot a autant suscité l'intérêt de la presse et la curiosité du grand public. Et pour cause, le nouveau Cunarder représente le grand retour de la Grande-Bretagne sur l'Atlantique-Nord après une décennie de domination allemande. Une nouvelle ère est sur le point de voir le jour dans l'histoire de la marine marchande anglaise et c'est Lusitania qui en est le principal vecteur.
L'enfant chéri de l'Angleterre
Son armement débute aussitôt et parce que la Cunard ne lésine pas sur les moyens, Lusitania est le tout premier paquebot anglais doté de quatre cheminées bien que le prototype d'origine n’en comportait que trois. En synonyme de rupture avec les paquebots allemands et pour la première fois sur un navire, celles ci ne sont pas regroupées par paire (un schéma instauré par Kaiser Wilhelm Der Grosse) bien que l’espace entre la deuxième et troisième cheminée soit un peu plus important que les autres. Elles sont naturellement recouvertes du rouge-orangé coutumier des vaisseaux de la compagnie; pour la première fois également, elles sont inclinées vers l’arrière de façon à améliorer l’hydrodynamisme du bâtiment; représentant ainsi un atout supplémentaire sur le plan de la vitesse. Lusitania est doté de six ponts au dessus de la ligne de flottaison qui lui font bénéficier d'une capacité d'accueil impressionnante; il peut loger plus de 2165 passagers dans trois classes : 563 en première classe (nommée classe salon chez Cunard), 464 en seconde et 1138 en troisième - le gagne-pain des compagnies transatlantiques étant la vente de tickets de troisième classe - ainsi qu'un total de 850 membres d'équipage. Avec sa coque noire à l'étrave droite et ses superstructures massives, le nouveau Cunarder dégage une véritable impression de puissance.



"C'était un évènement d'une importance nationale, pas seulement parce qu'il s'agissait du plus grand exploit naval de l'histoire, mais aussi parce que ce paquebot allait mettre fin à l'arrogance maritime allemande"
J. Kent Layton, "Lusitania, An Illustrated Biography"



Le plus grand évènement maritime des dix dernières années
Ses lignes s'inspirent des premiers quatre cheminées allemands, les bâtiments de la classe Kaiser Wilhelm Der Grosse, tout en gardant l'aspect des derniers flag ships de la compagnie comme Campania, Lucania et les récents Caronia et Carmania. Bien qu'extrapolé de ces derniers, le fleuron anglais possède une silouhette plus assumée et plus équilibrée. Lusitania est un somptueux navire et ses lignes caractéristiques vont largement inspirer les constructeurs des superpaquebots à venir (Penhoët pour France deuxième (1910), Harland & Wolff pour Olympic (1910) et Vulcan pour Imperator en 1912) et faire partie intégrante des constructions de la compagnie jusque dans les années 30, avec Queen Mary et Queen Elizabeth. Bien qu' identiques à première vue, Lusitania et son sister ship Mauretania, lancé trois mois plus tard, se distinguent sur plusieurs points dont les plus évidents sont sans doute la forme des hublots, les courbes des superstructures qui sont plus galbées pour Mauretania, ou encore l'utilisation de ventilateurs à abattants sur Lusitania au lieu de manches à air classiques, donnant aux cheminées de ce dernier l'impression trompeuse d'être plus hautes.


A voir également :
| Les origines de Lusitania | Machines et équipements | Mauretania | Conception et construction |