Emeutes, chutes d'actions à Wall Street et enquêtes

"Le naufrage du Lusitania fait voir le jour à de nombreuses manifestations, il n'y a jamais eu un sentiment anti-allemand aussi fort dans le pays.
Herald Journal, 10 Mai 1915

Emeutes anti-allemandes en Angleterre
Les conséquences directes du naufrage de Lusitania se traduisent par de violentes réactions des deux côtés de l'Atlantique. Des manifestations anti-germaniques ont lieu en Grande-Bretagne. A Londres, Liverpool ou encore Manchester, les immigrés allemands doivent se cloîtrer chez eux, de nombreux commerces aux noms à consonance germanique sont saccagés tandis que l'ambassade allemande à Londres est dans l'obligation de fermer ses portes. Outre-Atlantique, la nouvelle résonne jusqu'à Wall Street où plusieurs actions, notamment les producteurs d'acier Bethlehem Steel, font une chute verigineuse. La première enquête sur le naufrage à lieu à Kinsale en Irlande, elle est menée en urgence par un petit comité et le coroner de la ville. La commission d'enquête officielle se tient quant à elle à Londres en Juin 1915, elle est présidée par Lord Mersey qui était, trois ans plus tôt, en charge de celle du naufrage de Titanic ainsi que de celle d'Empress Of Ireland l'année précédente. Qualifiée d'imposture, la commission britannique se termine sur un verdict tout à fait prévisible et destiné à empêcher toute information sensible de filtrer chez l'ennemi allemand. Tout comme à Kinsale, l'Allemagne est reconnue seule coupable du naufrage de Lusitania. L'issue de la troisième et dernière commision d'enquête qui a lieu deux ans plus tard à New York est identique. Les autorités anglaises veulent à tout prix faire taire le fait que, bien qu'il n'était pas armé, Lusitania transportait de matériel de guerre provenant des manufactures américaines et destiné à l'armée britannique, pratique commune à bord des paquebots anglais en ces temps de conflit. Si une telle information est révélée, celle-ci ferait-elle de Lusitania une cible tout à fait justifiée pour le sous-marin allemand U-20 ? Pourtant, le 6 Février 1916, suite à une série d'échanges houleux entre Berlin et Washington, l'Allemagne déclare endosser la responsabilité de la perte des vies américaines dans la catastrophe. Les autorités germaniques s'engagent ainsi à verser des compensations aux familles des victimes. Les indemnisations ont lieu en 1925, soit 10 ans après la tragédie.



Propagande de guerre, chansons et films

"Quand il était à flot, Lusitania était reconnu comme l'un des deux plus beaux briseurs de records. Après sa disparition, il est devenu un symbole"
Jim Kafalus & Mike Poirier

La médaille de Karl Goetz
L'ampleur de la catastrophe et les réactions qu'elle suscite sont une véritable aubaine pour les services de recrutement britanniques afin d'enrôler les hommes pour combattre. Ainsi toute une campagne de recrutement voit le jour, appuyée par plusieurs affiches à la symbolique forte ; toutes mettent en scène le paquebot naufragé et ses victimes accompagnés de slogans tels que "Vengez le Lusitania" ou "Prenez les armes de la justice". De la carte postale funèste à la publication de témoignages de prétendus rescapés dans la presse, le drame est pleinement exploité par la propagande de guerre anglaise. Son action la plus mémorable est sans doute le détournement de la médaille de Karl Goetz; un patriote allemand qui fait frapper à titre privé 100 médailles de bronze à la signifacation douteuse pour commémorer le torpillage. La première face montre un Lusitania armé de canons, transportant chars et avions au dessus de la légende "Keine Bannware /Pas de contrebande" avec la date erronée du 5 Mai 1915.
Le naufrage de Lusitania,
un symbole fort
Sur l'autre face apparaît l'inscription "Geschüft über alles /Les affaires avant tout" en dessous du guichet de la Cunard tenu par un squelette représentant La Mort distribuant des billets d'embarquement à des passagers américains qui ignorent l'avertissement publié par l'ambassade allemande. Quand l'oeuvre tombe entre les mains des autorités britanniques, plusieurs copies sont réalisées - environ 35.000 - dans un métal de piètre qualité puis distribuées un peu partout, jusqu'en France et aux Etats-Unis. La note qui accompagne la médaille indique que celle-ci est frappée par les Allemands dans le but d'honorer le tropillage de Lusitania, démontrant ainsi leur cruauté en plus de la préméditation du torpillage. La catastrophe inspire également la musique et le cinéma avec d'abord deux chansons en 1915; "As the Lusitania Went Down" et "When the Lusitania Went Down" , puis deux productions cinématographiques en 1918. La première est un dessin-animé réalisé par Winsor McCay, "The Sinking Of The Lusitania", qui représente la tragédie en quelques minutes, la seconde, "Lest We Forget", met en scène une survivante du naufrage, l'actrice d'origine française Rita Jolivet. Le métrage est projeté en France en 1919 sous le titre "N'oublions Jamais", l'affiche indique un budget de 250.000 $, une reconstitution du naufrage tournée avec 3000 figurants et la mention suivante : "La catastrophe qui a fait entrer les Etats-Unis dans la Grande Guerre".



La conspiration ?

"En dépit de toute son horreur, nous devons considérer le naufrage du Lusitania comme un évènement très important et favorable pour les Alliés. La mort des pauvres bébés dans l'océan a porté un coup à la puissance allemande, un coup encore plus mortel que le sacrifice de 100.000 hommes se battant au front"
Winston Churchill, 1937

Le mémorial Lusitania à Cobh
(Queenstown) en Irlande
La disparition de 128 Américains dans la tragédie fait voir le jour à une importante vague d'indignation, si bien que dans les livres d'histoire, elle est longtemps considérée comme l'élément déclencheur de l'entrée en guerre des Etats-Unis. Celle-ci a finalement lieu en 1917, après deux ans durant lesquels le conflit en Europe ne fait qu'empirer et où la guerre sous-marine à outrance - pourtant en répit suite à la perte de Lusitania - entraîne la disparition en mer de centaines d'autres Américains. Bien qu'il fasse tourner une grande partie de l'opinion en faveur de la guerre, le naufrage de Lusitania ne représente en réalité qu'un petit pas vers l'engagement de l'Amérique dans le conflit. Mais l'idée d'un complot orchestré par les autorités britanniques et plus précisément l'Amirauté, subsiste aujourd'hui encore. Lusitania aurait été délibérément délaissé, voire même envoyé dans le rayon d'action du sous-marin U-20 par l'Amirauté afin que sa destruction et le nombre de victimes américaines révolte les Etats-Unis au point de prendre part au conflit aux côtés de la Grande-Bretagne et ses Alliés. Les avocats de la conspiration mettent principalement en avant le fait qu'en 1915, l'Amirauté, par le biais de la Room 40 qui déchiffre des messages codés allemands, est tout à fait consciente du danger auquel fait face le paquebot sans pour autant organiser d'escorte militaire. Plusieurs éléments troublants accablent les autorités britanniques qui jusqu'au bout, nient en bloc la présence de matériel de guerre dans les soutes de Lusitania pour accuser le commandant Turner de négligeance; même l'épave du paquebot aurait été sabotée par la Navy dans le but de faire disparaître toute trace compromettante. Que contiennent les messages codés envoyés par l'Amirauté à Lusitania juste avant son torpillage ? Est t'il ordonné au commandant Turner de dérouter le navire vers Queenstown ? Si oui, est-ce que cette action permet au Cunarder de se placer dans la position idéale voulue par le commandant du sous-marin U-20 relatée dans le journal de ce dernier ? Lusitania, maintes fois mentionné dans les messages allemands décodés par l'Amirauté, est-il alors une cible potentielle et si oui, pourquoi aucune mesure n'est prise pour le protéger ? Toutes ces questions, indissociables du contexte d'état de guerre où les autorités britanniques agissent sous le signe du plus grand secret, resteront probablement sans réponses.



A voir également :
| Le naufrage | Un paquebot dans la guerre | L'enterrement des victimes | A la une des journaux |