"Queenstown devenait la ville des morts au fur et à mesure que les morgues temporaires se remplissaient de cadavres"
Patrick O'Sullivan, Lusitania, Unravelling The Mysteries


Le lendemain du naufrage, les canots à Queenstown
A partir de 1850 et pendant un siècle, cette petite ville côtière du comté de Cork en Irlande est l'escale incontournable de tous les grands paquebots sur la route de l'Atlantique-Nord. A l'époque, des compagnies comme la Cunard, la White Star, la P&O où encore l'American Line y possèdent leurs bureaux et leur quai. Pour honorer la venue de la Reine Victoria, la ville se fait appeler Queenstown en 1849; elle reprend son nom d'origine en irlandais en 1922 pour devenir Cobh, prononcez "Cove". A jamais marquée par l'âge d'or du voyage transatlantique, la ville est connue pour avoir été pendant des années le plus important port d'émigration au monde. En l'espace d'un siècle et notamment à cause de la grande famine irlandaise entre 1845 et 1852, environ 6 millions d'émigrants quittent l'Irlande pour le Nouveau Monde, presque la moitié d'entre eux le font en partance de Cobh. C'est aussi là que Titanic fait sa dernière escale en Avril 1912. Dernier lien entre le célèbre paquebot et la terre ferme, la ville de Cobh, alors Queenstown, très affligée par la nouvelle du naufrage, voue au paquebot un culte sans faille qui perdure jusqu'à aujourd'hui avec son mémorial, divers commémorations et des musées qui retracent le destin du malheureux White Star Liner.
L'ancien quai de la Cunard où les corps furent débarqués
Cobh est tout particulièrement attaché à l'histoire de Lusitania. Lorsqu'il y fait sa première escale au matin du 8 Septembre 1907 dans le cadre de son voyage inaugural, pas moins de 200 personnes tentent de prendre place à bord; en vain, le paquebot flambant neuf est déjà surréservé. Aussi bien en partance qu'en provenance des Etats-Unis, Lusitania s'arrête à Queenstown tout au long de sa carrière, tant pour le transport de passagers que pour le service postal. Cependant à partir de fin 1909, l'escale est maintes fois remplacée par un stopover à Fishguard au Pays de Galles et suite à la déclaration de guerre en 1914, il n'effectue que des traversées directes entre Liverpool et New York; la dernière visite du Cunarder dans le port irlandais à lieu le 14 Janvier 1914.



"La ville parvient à affronter cette immense tragédie avec courage et dignité"
Senan Molony, Lusitania, An Irish Tragedy


Des rescapés dans les rues de Queenstown
C'est incontestablement la date du 7 Mai 1915 qui marque le plus l'histoire de la ville, lorsque Lusitania fait naufrage à seulement quelques milles de la sortie du port. En revenant sur les faits dans son ouvrage dédié à la catastrophe, l'auteur Senan Molony décrit le boulversement que provoque la catastrophe au sein de la petite ville; "Queenstown était sous le choc. Des centaines de villageois ont fait tout ce qu'ils ont pu mais l'ampleur de la tragédie a fait voir le jour à d'énormes problèmes d'organisation. Docteurs, infirmières, lits, médicaments, vêtements, couvertures et cercueils ont été réquisitionnés dans les délais les plus brefs auprès des villes alentours". L'auteur irlandais Patrick O'Sullivan ajoute que "l'angoisse et la colère des villageois empiraient à la vue des femmes détrempées et tremblantes qui déambulaient sur les quais au fur et à mesure qu'elles étaient débarquées". Queenstown joue un rôle primordial dans les opérations de sauvetage lorsque toute une armada de bateaux de pêche et de petits chalutiers se rendent sur les lieux de la catastrophe pour remorquer les canots, recueillir les rescapés ainsi que les nombreux corps sans vie flottant à la surface de la mer. Ceux-là sont débarqués sur les quais des bureaux de la Cunard toute la nuit durant. Dans un élan d'hospitalité collectif, les villageois de Queenstown viennent en aide aux rescapés en offrant hébergement,
Le Commodore Hotel, appelé le Queen's Hotel à l'époque du drame, était à l'entière disposition des rescapés
nourriture, vêtements et couvertures. Le Queen's Hotel - alors tenu par les Humbert, une famille d'origine allemande - est mis à l'entière disposition des victimes. Pour Amy Biddulph qui se trouve dans l'établissement, les rescapés sont "trempés, pâles et exténués, certains sont inconscients. D'autres arrivent sur des brancards, blessés de toutes les façons possibles. Des enfants réclament une mère introuvable et des hommes anxieux recherchent des épouses qu'ils ne reverront probablement jamais". Dès le lendemain du naufrage, les rescapés ont la possibilité de s'approvisionner en vêtements auprès des marchands de Queenstown grâce aux crédits mis à leur disposition par la Cunard sur place. Les villageois hébergent certains rescapés pendant plusieurs jours, espérant qu'un proche disparu soit ramené à terre, puis, quand tout espoir disparaît, dans l'attente que son corps soit rejeté par la mer. Dans les différents récits de survivants, la plupart soulignent la générosité et l'hospitalité exemplaires de la communauté irlandaise. En effet, la réaction des habitants de Queenstown face à une catastrophe de cette envergure est plus qu'honorable.


"Une salle d'opération improvisée est installée à l'arrière des bureaux de la Cunard. Les corps de passagers de première classe identifiés seront embaumés"
The Lusitania Ressource, RmsLusitania.info


L'une des trois fosses communes lors des funérailles
Pour faire face au nombre important de dépouilles, trois morgues temporaires sont installées - dont une dans l'hôtel de ville - pour entreposer plus de 250 corps. Queenstown plonge alors dans une atmosphère à la fois morbide et chargée en émotion; l'horreur du naufrage de Lusitania prend alors toute sa dimension. Dès le 8 Mai, les rescapés les mieux portants partent à la recherche de leurs proches dans les rues de la ville. En parcourant les rangs de dépouilles, Leslie Morton raconte que "les gens, entre douleur et désarroi, allaient et venaient de corps en corps pour voir si il ne s'agissait pas d'un parent". Un autre survivant,
Les corps à Queenstown
le passager de première classe Olivier Bernard, est choqué à la vue du grand nombre de bébés "figés dans la mort", pour lui, les rues de Queenstown "empestent la mort". Les villageois viennent fleurir les dépouilles des enfants et les journalistes qui font déjà les gros titres du drame, n'hésitent pas à photographier les corps pour la presse à sensation. Au même moment, la Cunard et les autorités sur place, notamment le consul américain Wesley Frost, se consacrent à la composition des listes de survivants, une tâche méticuleuse qui s'étale sur plusieurs semaines où la description d'un disparu doit être comparée à celle d'un corps retrouvé sur les lieux du naufrage. Le 10 Mai, après avoir reçu une importante cargaison de cerceuils, les autorités de Queenstown décident d'enterrer les morts. Tous les commerces de la ville et des bourgades aux alentours sont fermés. Après la messe se déroulant à la cathédrale de Saint-Colman,
La seconde fosse commune au cimetière d'Old Church
une longue procession démarre du centre-ville pour se rendre au cimetière d'Old Church. Le défilé est composé des corbillards transportant les cercueils, de militaires, de marins, de rescapés et d'officiels. Le cortège est si long qu'il faut plus d'une heure pour arriver aux portes du cimetière où trois grandes fosses communes et quelques tombes privées ont été préalablement creusées. Sur les 289 corps retrouvés sur les lieux de la tragédie, 169 sont enterrés à Queenstown. La première fosse commune contient 69 corps dans 67 cercueils, deux bébés partageant celui de leur mère. On dépose 52 cercueils dans la seconde et 23 dans la dernière. La distinction religieuse étant respectée, l'évêque Browne conduit
Alfred S. Witherbee Jr, 4 ans
le service catholique et le révérand Daunt dirige le service de l'Eglise d'Irlande. Des enfants de coeur portent les encenssoirs, les tombes sont bénies et l'hymne chrétien Abide With Me est chanté avant que les marins ne déposent les cercueils dans les fosses. Enfin, des soldats tirent les volées de coups de feu traditionnelles. Parce que les fosses communes font l'objet d'une intense curiosité dans les semaines qui suivent; à proximité un panneau indique "Par ordre de la Cunard Steamship Company, il est strictement demandé aux visiteurs de ne pas marcher sur les tombes ou de toucher les fleurs." Les trois pierres tombales indiquant "Lusitania, 7 May 1915 " qui surplombent les fosses communes ont été érigées en 1986. La section B du Old Church Cemetery comporte aussi plusieurs tombes privées aux épitaphes poignantes telles que "A la mémoire d'Ernest Thomas et de sa femme Mary, dont le corps ne fut pas retrouvé, tous deux victimes de l'infortuné Lusitania". Celle d'Hubert Buxton Ferrier et de sa fille Sheila âgée d'un an indique; "Le bébé à pleuré quand Dieu l'a enlevé des bras de sa mère, enlevé des calamités actuelles et des souffrances futures. Puis, le bébé s'est endormi." D'autres sont plus acerbes, comme celle du jeune Alfred Scott Whiterbee Jr. âgé de 4 ans, qui annonce qu'il est une "victime du Lusitania, vilement tuée par l'Allemagne". Puis, celle d'Inez et George Lay Vernon indique quand à elle que le couple était "jeune, beau et brillant". Inez Vernon s'est suicidée dans son apartement de New York deux ans après la disparition de son mari dans le naufrage de Lusitania.


"Les habitants de Queenstown étaient rassemblés à leurs fenêtres pour voir passer le long cortège mortuaire. Il n'y avait pas assez de charrettes pour tous les cercueils"
A.A. & Mary Hoehling, The Last Voyage Of the Lusitania


Commémoration au mémorial du naufrage
Au centre ville de Cobh se trouve le mémorial dédié à la tragédie, le Jerome Connor's Lusitania Peace Memorial. Les travaux commencent dans les années 30 mais le projet est laissé à l'abandon et repoussé pour diverses raisons, principalement financières. Il est finalement inauguré en 1967, deux ans après le cinquantième anniversaire de la tragédie. Il est composé de trois statues, deux représentant des pêcheurs exténués ayant participé au sauvetage surplombés d'un ange féminin de la paix, l'Angel of Peace. L'oeuvre rend hommage aux victimes du naufrage de Lusitania et leurs sauveteurs, tout en plaidant la paix universelle. La plaque commémorative se trouvant à sa base indique; "SS Lusitania, Le paquebot de la Cunard torpillé et coulé par le sous-marin U-20 près de la côte de Cork le 7 Mai 1915 en faisant perdre la vie de 1198 personnes. De nombreuses victimes et de nombreux survivants furent amenés ici.
Défilé lors du 94ème anniversaire du naufrage
170 furent enterrées au Old Church Cemetery. Le Memorial de la Paix de Jerome Connor honore la mémoire de ceux qui ont participé au sauvetage, soutenu les rescapés et enterré les morts.". En haut du memorial se trouve une inscription en langue irlandaise; "Siochàin in Ainm Dé" la Paix au nom du Seigneur, ainsi que la citation "Laborare est Orare", travailler c'est prier. Depuis plusieurs années, la ville de Cobh commémore le naufrage de Lusitania avec une cérémonie débutant aux fosses communes du cimetière d'Old Chuch avant de se diriger au mémorial. Lors du 95ème anniversaire de la tragédie en 2010, le paquebot Queen Mary 2 fait escale dans la petite ville irlandaise. Plusieurs personnalités et associations telles que le président de la Cunard, Peter Shanks, le commandant de QM2, Commodore Bernard Warner, l'Irish Naval Service ainsi que l'Organisation of National Ex-Servicemen participent alors à la cérémonie au mémorial de Cobh. L'historien Jack Gilmartin est également présent pour raconter à l'assistance ces quelques jours de Mai 1915
Le président de la Cunard, le commandant du QM2
à jamais ancrés dans les annales de la ville. Sous la musique traditionnelle jouée par un groupe de cornemuse local, la commémoration est composée d'hommages et de prières; des gerbes de fleurs sont déposées et un drapeau de la Cunard est déployé sur le monument. Principalement dédié aux années d'émigration en partance de Cobh, le Cobh Heritage Centre consacre toute une section de son musée à Lusitania. Celle-ci reprend la décoration du Queen's Hotel à l'époque de la tragédie et regroupe plusieurs objets telles que de la vaisselle remontée de l'épave et des lettres de survivants. Au Cobh Museum, autre musée de la ville aménagé dans une ancienne église, un morceau de fannion datant du lancement de Lusitania en 1906 est exposé.






La place centrale et le mémorial, en arrière-plan se trouve l'hôtel de ville, reconverti en morgue temporaire après le naufrage
Le mémorial dédié à la tragédie
Les anciens bureaux de la Cunard
Le Lusitania Bar
Les anciens bureaux de la White Star Line, le paquebot Independance Of The Seas en arrière-plan
La cathédrale Saint Coleman où la messe d'enterrement a eu lieu le 10 Mai 1915
Commémoration au mémorial Lusitania
Commémoration lors du 94ème anniversaire du naufrage
Hommages rendues aux victimes de la tragédie et à leurs sauveteurs
Commémoration du naufrage en 2009
Membres d'équipage du QM2 lors du 95ème anniversaire du naufrage de Lusitania
Hommage de la Cunard en 2010
Queen Mary 2 faisant escale à Cobh lors du 95ème anniversaire du naufrage
QM2 de la Cunard faisant escale à Cobh
La fosse commune C au cimetière d'Old Church, contenant 69 corps
La fosse commune B comprenant 52 corps
La fosse commune A, comprenant 23 corps
Monument dédié aux membres d'équipage disparus dans la tragédie
Tombe d'Hubert Buxton Ferrier et de sa fille Sheila, âgée d'1 an; "Le bébé à pleuré quand Dieu l'a enlevé des bras de sa mère, enlevé des calamités actuelles et des souffrances futures. Puis, le bébé s'est endormi."
Tombes de victimes au Old Church Cemetery
"A la mémoire d'Ernest Thomas et de sa femme Mary dont le corps ne fut pas retrouvé, tous deux victimes du funèste Lusitania"
"A la mémoire d'Inez et George Lay Vernon, tous les deux jeunes, beaux et brillants. Victimes du crime du Lusitania le 7 Mai 1915". "
Section dédiée à Lusitania au Cobh Heritage Centre
Lusitania au musée du Cobh Heritage Centre
Lettres de rescapés du naufrage au Cobh Heritage Centre
Ruban utilisé lors du lancement de Lusitania en 1906, au Cobh Museum
Le mémorial fleuri lors de la 95ème anniversaire du naufrage


En savoir plus :
Cobh Heritage Centre
Cobh Museum
Cobh Town Council

A voir également :
| Le naufrage | Les conséquences du naufrage | L'enterrement des victimes | A la une des journaux |